Pose de la première pierre de l’innovant triptyque en brique de Saint-Ouen-sur-Seine

6 juillet 2018
Une résidence étudiante (Université Paris-Dauphine), un...

Contact presse

KBZ Corporate pour l’Université Paris-Dauphine

Nancy Eichinger
neichinger@kbzcorporate.com
06 09 76 88 82

Karine Zimeray
kzimeray@kbzcorporate.com
06 09 15 65 14

du 7 septembre au 13 septembre 2018

14 septembre 18

Université Paris-Dauphine

Le 5 septembre 2018, Amina Bouzguenda-Zeghal, Directrice Générale de l’Université Paris-Dauphine I Tunis et Abdelkader Dali, Directeur Général de Sofrecom Tunisie, ont signé un partenariat pour le parrainage d’étudiants en Master Big Data, qui bénéficieront ainsi d’un accompagnement dédié de Sofrecom dans la découverte du monde de l’entreprise et de l’employabilité. Un partenariat qui vient illustrer le concept d’université inversée, créé par Dauphine I Tunis. Amina Bouzguenda-Zeghal explique : « Le Big Data est une expertise rare qui s’avère très convoitée sur le marché de l’emploi. Ce parrainage permet à l’entreprise de créer une relation de proximité en amont de la diplomatie avec l’étudiant ».
(businessnews.com.tn, 09/09/2018)

Le site du mondedesgrandesecoles.fr nous propose de suivre le quotidien d’Isabelle Huault, présidente de l’université Paris-Dauphine. Parmi les sujets sur lesquels elle s’engage pleinement : la célébration des 50 ans de l’établissement dont les célébrations ont débuté en septembre lors de la Semaine de l’Egalité et de la Diversité, le développement du budget de la recherche, la mobilisation des alumni, la création d’un campus unique et durable et « l’engagement de Dauphine en matière de Responsabilité sociale ». (mondedesgrandesecoles.fr, 10/09/2018)

 

Enseignants et experts de Paris-Dauphine

Les chiffres du premier semestre indiquent que le solde de la balance commerciale de la France continue à être largement négatif. Le pays est à la fois en déficit budgétaire et commercial. Selon Pascal Salin, professeur honoraire à l’Université Paris-Dauphine, en France « les besoins de financement s'expliquent non seulement par le niveau d'investissement, mais aussi par le niveau du déficit budgétaire. Notre déficit commercial est donc en partie le reflet du déficit budgétaire ». Il explique que pour améliorer la situation économique du pays, il faut davantage se concentrer sur les effets néfastes de la fiscalité et des réglementations, ainsi que sur le déficit budgétaire.
(Le Monde Eco & Entreprise, 07/09/2018)

Christian Saint-Etienne, professeur au CNAM et à l’Université Paris-Dauphine, membre du Conseil d’analyse économique (CAE) expose ses arguments en défaveur de la réforme du prélèvement à la source. Cette réforme « ultra-idéologique », prépare selon lui à la fusion entre la contribution sociale généralisée (CSG) et l’impôt sur le revenu (IR).
(Investir - Le Journal des Finances, 08/09/2018)

 

Etudiants et alumni de Paris-Dauphine

Caroline Slama, titulaire d’un magistère banque-finance-assurance de l’Université Paris-Dauphine, est nommée gérante d’actifs au sein de Tethys, holding de la famille Bettencourt.
(La Correspondance économique, 07/09/2018)

Armelle Mesnard est nommée au poste de directrice des ressources humaines et des relations sociales du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives. Titulaire d’un DESS de gestion des ressources humaines, relations sociales et industrielles de l’université Paris-Dauphine, Armelle Mesnard a intégré le CEA en 2003 et était directrice de la coordination opérationnelle et services aux laboratoires de l’université Grenoble Alpes de 2014 à 2017.
(Les Echos, 10/09/2018)

Le réseau social Klassroom, accessible sur internet et smartphone, permet aux parents de dialoguer avec les professeurs. Cette application, créée par Franck-David Cohen, diplômé de l’Université de Dauphine, et Damien Rottemberg, vise entre autres à remplacer le traditionnel cahier de liaison, qui ne présente « ni spontanéité, ni instantanéité ». Elle permet par exemple de publier des photos prises lors d’une sortie scolaire en un clic. Pour les parents, il est plus facile de prévenir le professeur d’une absence ou de demander un rendez-vous. L’objectif est d’atteindre 50 000 utilisateurs en 2019.
(Ouest France, 12/09/2018)