Contact presse

Cécile Trunet-Favre
Directrice de la Communication et de la Marque
+ (33)1 44 05 47 54
cecile.trunet-favre@dauphine.fr

du 28 avril au 04 mai 2017

28 avril 17

Université Paris-Dauphine

Interrogés par Challenges, plusieurs personnalités du monde de travail, de la culture ou de l’éducation mettent en garde contre le programme de Marine Le Pen en France. Isabelle Huault, présidente de l’Université Paris-Dauphine réagit au projet d’abrogation de la loi Fioraso permettant d’enseigner en anglais dans les universités françaises. "A l'heure où le secteur de l'enseignement supérieur et de la recherche est devenu mondialise et où l'on se dispute les talents, cette vision étroite, synonyme de repli sur soi, fait courir un risque important pour le rayonnement international de l'université française" affirme-t-elle.
(Challenges, 04-10/05)

Récent récipiendaire du Prix du meilleur jeune chercheur en finance et assurance de la Fondation Scor, le professeur en mathématiques de l'Université Paris-Dauphine, Dylan Possamaï sait rendre accessibles les concepts les plus pointus. Une récompense venue honorer l'ensemble de ses travaux pionniers et novateurs sur la gestion du risque et la théorie des contrats. Plus précisément, il étudie grâce à la stochastique la manière dont les agents économiques établissent des arrangements contractuels et il en tire des modèles mathématiques applicables à l'assurance et à la banque.
(La Tribune de l’Assurance, 05/2017)

Enseignants et experts de Paris-Dauphine

La question de la place de la France dans l’économie mondialisée est au cœur du duel de fin de campagne entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. La grève des salariés de Whirlpool fournit des arguments à ceux qui voient en l'Europe une incarnation régionale de la mondialisation et de ses effets néfastes, analyse Jean-Marc Siroën, professeur à l'Université Paris-Dauphine. "Même si l'on oublie de dire que l'Europe nous a aussi rendu de nombreux marchés plus accessibles", ajoute-t-il.
(Le Monde, 29/04)

Fermetures d'usine ou gains de pouvoir d'achat: la mondialisation, au cœur du débat d'entre deux tours entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, a des effets contrastés sur l'économie française, qui souffre autant qu'elle profite de son ouverture au commerce international. "Les chocs locaux sont extrêmement forts", confirme El Mouhoub Mouhoud, professeur à l'Université Paris-Dauphine et auteur de Mondialisation et délocalisation des entreprises". Mais "ce qui détruit l'emploi, c'est davantage le progrès technique et les gains de productivité que les délocalisations", ajoute-t-il.
(Agence France Presse, 03/05)

Dossier Familial se demande si l’assurance-vie est toujours un bon placement. Plusieurs experts sont invités à livrer leur analyse à ce sujet, dont Catherine Bizé, enseignante en master "Gestion de patrimoine" à l’Université Paris-Dauphine. Selon elle, l’assurance-vie reste préférable à un portefeuille de titres en direct : en cas de retraits, elle bénéficie toujours d'une fiscalité avantageuse sur les gains réalisés. Compte-tenu de la faible rentabilité des fonds euros, les investisseurs ont intérêt selon elle à s'orienter vers les unités de compte (UC), en principe de meilleur rendement.
(Dossier Familial, 05/2017)

L’Obs cherche à démontrer que le programme de Marine Le Pen ne sert pas les intérêts du peuple dont elle se réclame. Le projet frontiste menacerait entre autres les exportateurs, comme le souligne Vincent Vicard, professeur d’économie à l'Université Paris-Dauphine : "Croire que l'on va augmenter de 3 % les droits de douane sans que les partenaires commerciaux ne fassent de même est bien naïf. Ce qui posera un problème pour les débouchés de nos exportateurs", soit 125 000 entreprises faisant vivre 5 millions de salariés.
(L’Obs, 04-10/05)

Etudiants et Alumni de Paris-Dauphine

Maélia Ambre, 45 ans, est à la tête de l'agence de production et diffusion de spectacles et animations Show Elegancia Paris, qu'elle a fondée en 2010. Elle propose pour tous types d'événements, des spectacles de danses brésiliennes, caribéennes, africaines et orientales ou encore contemporaines. Pourtant rien ne prédestinait cette diplômée en commerce international, spécialisée en japonais, à l'Université Paris-Dauphine, à évoluer dans le monde du spectacle. C’est poussée par une amie qu’elle s’est lancée dans l’aventure et est devenue professionnelle.
(Amina Supplément, 05/2017)