Paris-Dauphine fait son entrée à la 33ème place au niveau mondial dans le QS Masters in Management R...

1 décembre 2017
Paris-Dauphine fait son entrée dans la classement QS 2018...

Contact presse

Cécile Trunet-Favre
Directrice de la Communication et de la Marque
+ (33)1 44 05 47 54
cecile.trunet-favre@dauphine.fr

du 31 mars au 6 avril 2017

6 avril 17

Université Paris-Dauphine

Mercredi 19 avril, le Centre Énergie de l’Ifri et le CGEMP, l'Université Paris-Dauphine, organisent une conférence sur le thème Etats-Unis : la nouvelle équation énergie/climat. Elle sera présidée par Patrice Geoffron, Directeur du CGEMP et professeur à l’Université Paris-Dauphine. La conclusion sera assurée par Marie-Claire Aoun, directrice Centre Energie de l’Ifri.
(Enerpresse, 03/04)

Millionroads, qui développe à Avignon l'appli Humanroads pour l'orientation scolaire et professionnelle, est l'une des six start-up lauréates du concours national TNES (Technologies numériques pour l'enseignement supérieur) organisé dans le cadre du salon Think Education à l'Université Paris-Dauphine. Une reconnaissance qui va booster la montée en puissance du "GPS de l'orientation", explique Benoît Bonté, co-fondateur de l'entreprise. Elle s'adresse d'abord aux élèves en quête d'orientation professionnelle, et se prépare à élargir sa cible aux adultes en reconversion professionnelle.
(Le Dauphiné Libéré, 03/04)

Enseignants et experts de Paris-Dauphine

Isabelle Veyrat-Masson, directrice du laboratoire communication et politique au CNRS-Université Paris-Dauphine est interrogée au sujet du temps de parole accordé aux candidats à la présidentielle par le CSA. Elle revient notamment sur le temps d'exposition et le fait d'avoir beaucoup d'idées sur ce que nous voyons. Le risque est d'avoir une contestation de certains candidats lors du prochain débat.
(France Inter, 31/03)

Le Monde propose un regard historique sur le capitalisme. Parce qu'il libère l'initiative et permet à tout un chacun de s'enrichir, le capitalisme est d'abord perçu comme un élément d'émancipation. Le sociologue allemand Max Weber l’a analysé dans son ouvrage L'Ethique protestante et l'esprit du capitalisme (1905). "Chez Max Weber, il est clair que la démarche capitaliste est guidée par une morale forte on ne produit pas pour jouir mais pour se rassurer sur le choix, divin et pour valoriser le monde créé par Dieu", explique Pierre Bezbakh maitre de conférences à l’Université Paris-Dauphine. "La notion de 'beruf' (métier, vocation) est nettement mise en avant".
(Le Monde Hors-Série, N°20/2017)

Alors que l’Amérique d’Obama faisait figure de leader dans la lutte contre le réchauffement, son successeur s’applique à réduire à néant les efforts passés. Dès 2014, Donald Trump s’insurgeait, dans un de ses tweets frénétiques, de "la guerre contre le charbon menée par Obama" qui, selon lui, tuait "des milliers d’emplois américains". Mais le déclin de la filière charbon est bien antérieur aux réglementations environnementales d’Obama. En 2016, cette production a diminué de 17 % par rapport à 2015, tombant à son plus bas niveau depuis 1978, selon les chiffres de l’Agence d’information sur l’énergie (EIA). "Avec le développement des gaz de schiste, le charbon n’est plus compétitif", explique Philippe Chalmin, professeur d’économie à l’Université Paris-Dauphine, spécialiste des marchés de matières premières.
(www.liberation.fr, 31/03)

Nicolas Colin, professeur associé à l’Université Paris-Dauphine estime dans L’Obs que le thème de la transition numérique est largement passé sous silence dans les débats pour l’élection présidentielle. Il estime que "l'histoire politique du numérique en France est une alternance d'accélérations et de coups de frein, souvent à contretemps, entraînant un retard dans l’économie numérique globale". En cette année d’élection présidentielle néanmoins, le désintérêt de Donald Trump pour ce secteur et "l'émancipation de nos entrepreneurs, qui apprennent à ne plus compter sur les politiques redonne de l’espoir, tout comme l’intérêt "sincère" d’Emmanuel Macron, favori de l’élection, à ces questions".
(L’Obs, 06-12/04)

Etudiants et Alumni de Paris-Dauphine

Les hommes sont toujours plus nombreux à porter la barbe, avec à la clé une chute des ventes des rasoirs et des lames. Les géants du secteur sont forcés de réagir, à l’instar de Gillette ou de Bic, qui joue la carte de la vente sur Internet. Le groupe n'est pas le premier sur le marché français de la vente en ligne de rasoirs sur abonnement. Une start-up parisienne, Big Moustache, le défriche depuis quatre ans. Fondé par Nicolas Gueugnier et "une bande de copains" de l’Université Paris-Dauphine, le site est en train de relancer son activité, avec l'appui de l'incubateur du cabinet de conseil Sia Partners.
(Le Monde Eco & Entreprise, 06/04)